Vous avez enfin décidé de passer le pas de la construction individuelle. Mais avant toute chose il vous faut établir un plan de financement.

Quand on se lance dans un projet de construction, on a souvent plus envie de se pencher sur les plans de notre maison que sur l’aspect financier du projet. Pourtant un projet réussi c’est un projet réfléchi sur le financement et bien ficelé en se renseignant sur tous les prêts dédiés aux particuliers qui se lancent dans un projet de maison individuelle.

1 – Le prêt immobilier : la solution classique

Actuellement le prêt immobilier est la solution la plus répandue pour financer un projet de construction. C’est un prêt qui est accordé en fonction de vos besoins et de vos possibilités financières. L’avantage du crédit immobilier et qu’il peut être contracté sur une durée allant de 10 à 30 ans. Il s’accompagne impérativement d’une assurance emprunteur qui assure le remboursement des mensualités en cas de décès, d’invalidité, de perte d’autonomie et d’interruption temporaire de travail. L’emprunteur s’engage en moyenne, selon l’Observatoire Crédit Logement, pendant 19 ans. La durée des emprunts augmente en raison d’un taux immobilier extrêmement bas depuis 2016. L’organisme de cautionnement bancaire a révélé qu’en février 2019 le taux moyen constaté est de 1,44%. Pensez toujours à comparer les propositions des banques afin d’obtenir les meilleures conditions pour votre emprunt principal.

 

2- Le prêt action logement : le complément

Pour compléter un prêt immobilier, un futur acheteur peut également contracter un prêt Action logement, qui se nommait il y a quelques années « le prêt 1% logement ». C’est un prêt qui peut être octroyé à certains salariés d’entreprises privées de plus de 10 employés, selon un plafond de ressources. Ce prêt qui se présente comme un complément permet de financer jusqu’à 30% du montant total du projet. La demande du prêt action logement est à adresser directement à l’employeur. La durée de remboursement de ce dernier varie, elle est comprise entre 5 et 20 ans pour un montant de 7000 à 25000 euros selon la zone géographique.

3 – Le prêt à taux zéro : le plus puissant

Le prêt à taux zéro, connu aussi sous le nom de PTZ peut financer la construction de votre logement jusqu’à 40% maximum du montant total hors frais de votre projet selon la zone de construction : A, B1, B2 ou C. Le PTZ est contracté sous deux conditions : la première c’est d’être primo-accédant ou ne pas avoir été propriétaire de sa résidence principale les deux années précédant la demande de PTZ. La deuxième condition est de ne pas toucher plus que le plafond défini en fonction des revenus et de la situation familiale de l’emprunteur.

Comme on le disait plus haut le montant du PTZ dépend du montant total du projet hors frais, de la situation géographique du terrain, du revenu de référence N-2 de l’emprunteur et du nombre de personnes occupant le logement. Par exemple, un couple sans enfant, en zone B1, ne devra pas dépasser un revenu fiscal de référence N-2 de 42.000€ pour être éligible au PTZ et le montant du PTZ sera de 40% du coût total du projet hors frais avec un maximum de 75600€.

Le PTZ peut comprendre une période de différé de 5 à 15 ans pour une durée totale de remboursement qui peut s’étendre jusqu’à 25 ans. Comme son nom l’indique, c’est un prêt pour lequel vous ne payez pas d’intérêt, à l’inverse de votre prêt principal dont vous devrez négocier le taux pour réduire le cout total de votre crédit.

Pour aller plus loin sur les PTZ et en savoir plus, retrouvez notre article précédent sur le PTZ : https://www.avenir-tradition.fr/le-pret-a-taux-zero-ptz-une-aubaine-pour-les-constructions-neuves/

 

4 – Le prêt d’accession sociale : le plus aidant

Le prêt d’accession sociale, nommé aussi PAS, est avant tout destiné aux ménages avec des revenus modestes. C’est un crédit immobilier, qui peut permettre, en fonction de la situation, de financer la totalité du coût du projet de maison individuelle (maison + terrain). C’est un prêt qui est remboursable avec des intérêts, il est proposé par des établissements prêteurs et des banques qui ont passé un accord avec L’État. Le prêt d’accession sociale est accessible sous certaines conditions de ressources et d’apport personnel. Il peut être remboursé pour une durée allant de 5 à 25 ans voire 30 ans. Comme pour le PTZ, le revenu fiscal de référence N-2 pour un couple sans enfant en zone B1 ne devra pas dépasser 42.000€.

 

5 – Le prêt épargne logement : le taux préférentiel

Le PEL connu aussi sous le nom de prêt Épargne logement est un crédit immobilier accordé par une banque après un nombre d’années d’épargne, en général 4 ans sur un plan épargne logement et 18 mois sur un CEL. Le PEL peut financer un projet de construction jusqu’à 92.000€ pour une durée de remboursement allant de 2 à 15 ans. Ce prêt permet de bénéficier d’un taux d’intérêt préférentiel. Les taux de crédits étant actuellement plus bas que les taux prévus dans le PEL, les emprunteurs ont tout intérêt à l’utiliser comme produit d’épargne bloqué et rémunéré.

Maintenant que vous savez tout pour financer votre projet de maison individuelle c’est à vous de jouer, si vous avez plus de questions n’hésitez pas à venir nous voir dans nos showrooms !